Actualités Sport Championnat national de Maracana de Côte d’Ivoire / Entretien avec Sabbah Rami (Présid...

Championnat national de Maracana de Côte d’Ivoire / Entretien avec Sabbah Rami (Président du MCB) :’’C’est le résultat du travail qui a été abattu toute l’année’’


Posté par Nando Dapa le 49
Image du site www.unite.ci

L’équipe des vétérans du Maracana Club de Bouaflé (MCB) est sacrée championne de Côte d’Ivoire du Maracana depuis le 30 septembre dernier. De retour d’Adzopé où son équipe a battu en finale l’impressionnante équipe de la SOMACY par un score de 4-3 Sabbah Rami, président du MCB revient sur ce match tout en dévoilant ses grandes ambitions pour ce club de l’intérieur qui est le premier du genre à remporter les phases finales du championnat national. Nous l’avons rencontré au milieu de ses joueurs, en pleine préparation  pour, dit-il, la mise en place d’un grand club pour dominer dans la durée le maracana ivoirien.

Votre club, les vétérans du MCB est championne de Côte d’Ivoire depuis le 30 septembre dernier en battant l’excellente équipe de la SOMACY sur un score de 4-3. Quel est le sentiment qui vous anime actuellement ?

S.R : C’est vraiment un honneur pour nous, pour Bouaflé et pour toute la Marahoué. Si on veut écarter CAM de Bouaké qui est basé à Abidjan on est le premier club de l’intérieur à remporter la coupe national de Côte d’Ivoire des vétérans du Maracana. C’est la suite d’un travail qui a été abattu pendant toute l’année. Et on savait qu’on allait faire quelque chose. Et remporter c’était vraiment très grand. Et on a mérité. 

Vous avez détrôné la SOMACY au terme d’un match épique et plein de suspens. Quel est votre secret ?

S.R. : C’est le travail. Tout le monde a vu à Adzopé que quand le MCB est mené il égalise tout en gardant toujours la même sérénité et le même rythme de jeu, le même système de jeu. Les joueurs ne paniquent pas. Il y a eu un travail approfondi, psychologique, un travail au niveau tactique. Et vraiment les joueurs ont fait ce qu’on leur demandait de faire pour arriver à cette victoire. 

Comment envisagez-vous la saison prochaine ?

S.R. : Maintenant on a eu une très belle fin de saison. On se prépare maintenant pour la ligue du centre peut-être dans deux semaines ou plus. On est le détenteur du trophée. Donc on est maintenant champion des seniors et des vétérans. On va essayer encore en open jeune aussi. 

Une chose est de remporter le championnat national, une autre est de maintenir le cap. Que vous inspire cette vision ?

S.R : En tout cas l’appétit vient en mangeant. Donc on va essayer de préserver le titre et pourquoi pas essayer de donner l’exemple aux séniors et aux open-jeunes. On ne sait jamais. On peut faire le triplet.

Vous êtes le premier club de l’intérieur à remporter ce championnat national. Quelle leçon pensez-vous que les autres clubs de l’intérieur peuvent tirer de votre expérience ?

S.R : C’est le travail qui paye. Tu travailles, tu donnes des sacrifices et tu vas arriver. Ya rien qui vient comme ça. Les anglais disent no pain no gain. C'est-à-dire que c’est la fatigue qui fait que tu y arrives. On va toujours continuer de travailler. On n’est pas arrivé encore. C’est maintenant qu’on commence. On a écrit le nom de Bouaflé, le nom du MCB dans un livret d’or et on va continuer de les écrire dans une seconde page.

Des perspectives à l’horizon, vous en avez ? 

S.R. : On a encore deux ou trois tournois encore à faire encore cette année. On va essayer de les terminer à bons résultats et ensuite va commencer à se préparer pour la prochaine saison. On va réparer les erreurs qu’on a commises et on va commencer à travailler sur les points de faiblesses qu’on a eus. Et on attend de voir ce qu’on va faire l’année prochaine. 

Pensez-vous avoir des atouts pour régner encore longtemps sur le championnat national du Maracana?

S.R : Aujourd’hui on a quatre internationaux qui jouent en équipe national de Côte d’Ivoire. Cela veut dire qu’on a des joueurs qui sont à la hauteur. Et si les joueurs ont pu comprendre que la victoire n’est pas continue et qu’il faut continuer de travailler pour y arriver on va certainement arriver. 

Avez-vous un appel à l’endroit des uns et des autres ?

S.R : On va d’abord remercier toutes les autorités de la ville mais également tous nos partenaires qui nous ont aidés et qui n’ont jamais cessé d’arrêter de croire en nous. Je pense qu’on a été à la hauteur de la confiance qu’ils nous ont donnée. Et je vais aussi lancer un appel à toutes les autorités de toutes les villes à aider la jeunesse et le sport. Le sport c’est un jeu noble. C’est vraiment la distraction. C’est loin des palabres. C’est loin des discutions. Le sport c’est quelque chose de vraiment très important pour le corps et pour les gens aussi. On va essayer aussi l’année prochaine de continuer de satisfaire tous ceux qui nous ont aidés et tous ceux qui croient en nous aussi et tous les dirigeants qui ont cru en nous pour ce triomphe. Dieu est grand. C’est Dieu qui est au contrôle.

 

Votre dernier mot ?

S.R : Vraiment merci à tous les joueurs, à tous les dirigeants et à tous ceux qui ont apporté leurs contributions afin que nous arrivions à ce triomphe. Le MCB est le premier club des vétérans de l’intérieur du pays à être pour la première fois champion de Côte d’Ivoire. On va essayer d’écrire l’histoire dans d’autres domaines, peut-être dans d’autres catégories. On va voir. On va travailler. On va faire le mieux que nous pouvons.

Noël Angan