Côte d’Ivoire : Crise post-électorale à Yamoussoukro / Sory Bakayoko (coordonnateur régional associé): civile et ensuite privilégier le dialogue dans la fraternité”

unite.ci, Abidjan le 11 novembre 2020 : “L’appel à la désobéissance civile et la tentative de mise sur pied du Conseil National de Transition (CNT) par l’opposition aurait pu entraîner  des conséquences catastrophiques n’eût été la gestion intelligente de la crise par le gouvernement et le sang froid du Président Alassane Ouattara dont il faut saluer l’attitude.”

C’est du moins la conviction qu’a fait partager Sory Bakaoko, coordonnateur regional associé du RHDP de Yamoussoukro lors du point de presse qu’il a animé le mardi 10 novembre dernier à Yamoussoukro face à la crispation du climat politique en Côte d’Ivoire. Partageant sa vision d’une sortie de crise apaisée et donner la chance à la Côte d’Ivoire de repartir du bon pied le coordonnateur s’est voulu ferme.  “La justice doit faire son travail après l’arrestation des leaders de l’opposition étant entendu que la Côte d’Ivoire est un État de droit. Il faut les sanctionner parce qu’ils ont tenté de brûler la Côte d’Ivoire. Il faut les punir un peu pour ce qu’ils ont fait. Après il faut les relâcher dans un bref délai pour éviter de mettre de l’huile sur le feu et par la suite aller en négociation, dans la tolérance, pour se réconcilier” a soutenu le coordonnateur. Qui a condamné “l’appel au soulèvement de Guillaume Soro, ex-Premier Ministre, contre ses propres frères.

 

Estimant que la crise aurait pu être évitée entre des frères que nous sommes tous sur la terre d’Eburnie. Le coordonnateur est solidaire des chancelleries occidentales qui ont encouragé l’ex-président, Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA et par ailleurs chef de fil de l’opposition de renoncer au CNT, le jugeant sans issue. Estimant que les auteurs de ces actes doivent répondre de leurs actes il a toutefois appelé à l’apaisement tout en appelant les deux parties à faire preuve de retenue afin de garantir la paix et le ” vivre-ensemble”. Justifiant que “c’est une affaire qui se passe entre frères ivoiriens.” Selon lui la résolution de cette crise doit être politique tout en mettant un point d’honneur à la fraternité. Afin de donner la chance de succès à cette entreprise il a exhorté le pouvoir et l’opposition à privilégier le dialogue, seule voie selon lui, pour sortir notre pays de cette autre crise post-électorale qui a déjà causé trop de perte en vies humaines et de dégâts matériels. Tout en déplorant les morts et les victimes occasionnés par cette crise post-électorale , Sory Bakayoko a exprimé sa compassion aux familles endeuillées et souhaité prompt rétablissement aux blessés lors de cette crise.

 

Noël Angan

 

Laisser un commentaire