unite.ci, Bouaké le 16 novembre 2020 : La ville de Bouaké, considérée comme la capitale de la paix, assure son rôle de sauvegarde de paix sans inquiétude. En effet, malgré le mot d’ordre de désobéissance civile lancé par l’opposition et de la fermeture des établissements scolaire et préscolaire initié par la fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) depuis le lundi 19 Octobre 2020. La ville de Bouaké reste imperturbable et sereine.

CÔTE D’IVOIRE : DÉSOBÉISSANCE CIVILE ET FERMETURE DES ÉCOLES / LES POPULATIONS DE BOUAKÉ NE SE SENTENT PAS CONCERNÉES

Ce lundi 16 Novembre 2020, nous avons parcouru plusieurs établissements scolaires mais le constat reste le même: les élèves du primaire au secondaire font cours. Ce progrès social et éducatif que connaît la ville de Bouaké aujourd’hui est le fruit de différentes médiations effectuées par les ONG, les associations de jeunesses et des différents cadres de la ville  en vue de sensibiliser les populations à changer de mentalités. Les élèves de Bouaké qui autrefois était connu pour leurs incivismes (boycott des cours) lors de l’approche des congés de fin d’années, cette année ont décidé d’aller jusqu’au bout de cette rentré tout en respectant le calendrier scolaire dressé par le ministre de l’éducation nationale de l’enseignement technique et de la formation professionnelle madame Kandia Camara.

Plusieurs écoles bénéficient de la supervision des forces de l’ordre afin de s’assurer que les cours se déroulent normalement et paisiblement. Cette supervision permet aux apprenants de se sentir en sécurité et d’apprendre facilement leurs cours.

Selon plusieurs directeurs d’écoles d’enseignement primaire, les cours se poursuivront jusqu’à la date que le ministère de l’éducation nationale a décidé sauf en cas de force majeur.

 

                                   Stephane Kouakou correspondant à Bouaké

 

Laisser un commentaire