unite.ci, Abidjan le 11 novembre 2020 :Colère et indignation, ce sont les mots qui qualifient le mieux les réactions de nombreux ivoiriens qui ne peuvent supporter ce que vit la population de M’batto. Cette cité paisible qui, par le passé avait fière allure.

Photos d’archives

Les images et les vidéos des atrocités qui ont inondé la toile ces deux jours sont insoutenables. Elles montrent à quel degré la bêtise humaine a atteint un seuil intolérable. Pour une affaire de marche de protestation, on arrive à une boucherie sauvage qui montre le côté animal de l’homme. jusqu’à 80% de data

Qu’est ce qui pourrait justifier qu’un être humain puisse brûler vif son semblable ? Qu’est-ce qui peut justifier qu’un être humain aille jusqu’à découper son frère ou sa sœur ?Rien. Difficile de tenir devant les images qui proviennent de M’batto. Ce violent affrontement intercommunautaire situe la responsabilité de tous dans ce qui arrive à nos villes. Politiques, cadres, populations, guides religieux, jeunesse etc, ont failli.

Côte d’Ivoire : Violences à M’batto / des Ivoiriens en pleurs devant les images et vidéos des atrocités (photo d’archives )

Dire que ces événements tragiques se passent en période post électorale, on ne peut que s’indigner d’où conduit la politique sous nos tropiques. Quelle bêtise !

Des milliers d’ivoiriens à travers le monde entier sont révoltés. Ils expriment leur colère à travers des commentaires d’indignation et des pleurs. Ils refusent de croire qu’en Côte d’Ivoire, on arrive encore à ce stade de la barbarie, après l’expérience de 2010. Ils dénoncent surtout la passivité des autorités ivoiriennes face à ces tueries inqualifiables qui mettent à nu les ressentiments que des communautés nourrissent vis à vis d’autres communautés. Certains comprennent aujourd’hui que vraiment la PAIX a quitté la terre d’Eburnie.

Les autorités ivoiriennes en charge de la sécurité nationale , les cadres de M’batto et ceux de la Région doivent réagir avec célérité pour arrêter cette boucherie qui montre une autre face de notre pays, la Côte d’Ivoire qui n’a pas besoin de ce genre de scènes horribles.

José Teti

 

Laisser un commentaire