Côte d’Ivoire : Atteinte à la liberté de presse / Un journaliste séquestré pendant 4 H à la MACA

0
46
-Publicité-

unite.ci, Abidjan le 6 mai 2020 : Ce mercredi 6 mai 2020, le journaliste Claude Dassé a failli passer de vie à trépas. Le spécialiste des faits de société a passé 4H de cauchemars entre les mains des gardiens de prison ivres de colère. La cause, est que voulant vérifier une information le journaliste a jugé utile de se rendre sur les lieux. C’est-à-dire la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) où selon des dires, il se passerait des choses pas trop catholiques. Avant d’y arriver, le professionnel de l’information dit avoir pris contact avec le mis en cause tout en  prenant soin de prévenir le régisseur. Mais alors qu’il s’attendait à être accueilli par des interlocuteurs disposés à répondre aux préoccupations formulées, c’est plutôt un guet-apens qui lui a été tendu par les hommes en tenu.

Ainsi, une fois arrivé dans le périmètre carcéral, il a été pris en partie par des gardes pénitentiaires prêts à lui faire la peau. En lieu et place d’une séance classique de question-réponse, c’est plutôt une scène d’altercation meublée de violence verbale et de coup auxquels M. Claude Dassé a eu droit comme un bandit de grand chemin. Ce calvaire a duré environ 4H d’horloge avant que l’infortuné ne retrouve le chemin de son domicile. Join au téléphone aux environs de 20H30 mn, monsieur Claude Dassé n’a pas fait mystère de sa mésaventure : « Ce mercredi, je me suis rendu à la MACA (Ndlr : Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan) pour vérifier une information selon laquelle il se déroulerait une scène mafieuse dans ce milieu carcéral. Avant de partir, j’ai appelé le Régisseur à qui j’ai soumis  ma préoccupation.

J’ai aussi joint le mis en cause (le cerveau de l’opération) qui attendait aussi mon arrivée. Alors qu’un piège m’avait été tendu sans que je ne le sache. Une fois arrivé sur les lieux, le principal mis en cause du nom de  Koné Kassoum dit « la machette » m’a fait séquestrer par ses éléments au nombre desquels le lieutenant Dembélé allias Black Chinois (Ndlr : le Chinois noir) et m’ont ruée de coups. Cela a duré environ 4 H de temps. Je viens de rentrer à la maison et je me sens épuisé » nous a-t-il confié. A 21 H 38, nous avons tenté de joindre le chef Koné Kassoum mais il n’a pas décroché malgré notre insistance. Aux environs de 22 H, lui-même a essayé de nous joindre mais sans attendre qu’on décroche le portable. Nous l’avons donc relancé aussitôt. A  peine nous l’avons salué et commencé à nous présenter qu’il a raccroché immédiatement.

Il convient de rappeler que la Côte-d’Ivoire a gagné 3 places dans le nouveau classement de RSF (Reporter sans frontière) sur la liberté de la presse dans le monde.

Le pays passe du 71e rang en 2019 à la 68e place cette année sur 180 pays classés.

Tienfô Gisèle

 

-Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici